Guide pour partir à la découverte de la Malaisie

Guide et Itinéraire Malaisie

J’ai passé deux mois en Malaisie en m’arrêtant quelques jours dans plusieurs endroits. Sur ces deux mois, j’ai séjourné 15 jours dans la capitale afin de faire mon visa pour la Chine et profiter un peu d’une ville moderne. Après 4 mois en Inde et au Népal, j’en avais besoin 🙂 En 2010, il était plus facile d’obtenir le visa chinois depuis Kuala Lumpur, surtout un de 3 mois (je ne sais pas si c’est encore le cas). La Malaisie est un pays qui m’a marqué d’un point de vue culturel et gastronomique. Tout comme Singapour, la Malaisie est un vrai melting pot et cumule d’ailleurs les fêtes malaises, chinoises, indiennes et même certaines plus occidentales. Vous avez donc de grandes chances de fêter l’une d’elles pendant votre passage !


Conseils pratiques avant votre départ en Malaisie


Tout comme pour la Thaïlande et beaucoup d’autres pays d’Asie, il est très intéressant d’acheter une carte SIM dès votre arrivée dans le pays. Elle coûte généralement moins ou autour de 10 euros et vous permet de disposer d’internet quand vous le souhaitez, ce qui peut être hyper pratique ! Une fois que vous en saurez un peu plus sur votre itinéraire, je vous conseille également de vous inscrire sur le fil d’Ariane du Ministère des Affaires étrangères.

Bon à savoir

Lors de votre séjour, vous tomberez aussi certainement sur un musée, une maisons ou des habitant.es qualifié.es de peranakan. C’est un mot indonésien qui signifie « ceulles qui sont né.es ici ». Peranakan désigne l’union entre femmes malaises, indonésiennes ou birmanes et les chinois du détroit avant la colonisation britannique. On les désigne par le mot chinois Baba (l’homme) et par Nyonya (la femme), d’où le nom de communauté Baba Nyonya.

La quasi totalité des malaisien.nes sont musulman.nes, c’est d’ailleurs écrit dans la Constitution et la plupart des Indien.nes de Malaisie sont hindou.es, d’autres, plus minoritaires sont musulman.nes et les Chinois.es sont en majorité bouddhistes mais il en existe plusieures formes !

Quelques petites règles à respecter en Malaisie

  • Ne pas entrer dans une maison ou un lieu de culte avec ses chaussures (ou tongues)
  • Ne pas toucher la tête des gens
  • Ne pas manger avec la main gauche
  • Ne pas se baigner nu

Quelques livres à prendre avant votre départ



Guide pour un voyage en Malaisie


Les questions qu’on se pose avant un voyage en Malaisie


Quelle est la meilleure période pour visiter la Malaisie ?  Il est préférable de partir entre le mois de mars et mai et de septembre à octobre. En été, attendez vous à ce que les prix augmentent. Lorsque j’y suis allée en 2010, il n’y avait quasiment personne, surtout sur les plages du côté est, qui avaient l’air à l’abandon !

Quelles sont les vaccinations obligatoires ou recommandéesAucun vaccin n’est obligatoire pour entrer dans le pays mais, comme toujours, il est préférable d’avoir tous ses vaccins à jour. Vous pouvez avoir plus d’info sur le site de Pasteur

Quel est le décalage horaire entre la France et la MalaisieIl y a 6h de décalage (7h en hiver) avec la France. Quand il est 10h50 à Paris, il est 16:50 à Kuala Lumpur.

Quelle est la monnaie utiliséeLa monnaie utilisée dans tout le pays est le ringgit (Rm). En 2018, 1 euro équivaut à 4,78 ringgit malais. Vous pouvez vérifier à tout moment le taux de change ici

Faut-il un visa pour voyager en Malaisie ?

Comme la Thaïlande et Singapour, les Français.es bénéficient d’une exemption de visa pour voyager en Malaisie. Vous n’avez donc pas besoin de visa pour un séjour de moins de 3 mois. Généralement, il faut prouver (par un billet) que vous allez quitter le pays avant les trois mois. Dans mon cas, je n’avais pas pris de billet de continuation et je n’ai pas eu de problème. Vous pouvez toujours dire que vous allez vers la Thaïlande par voie terrestre.

Quelles sont les langues parlées en Malaisie ?

A côté du malais qui est la langue officielle du pays, on y parle également mandarin, anglais et tamoul. Dans les grandes villes du pays, vous n’aurez pas de problème à vous faire comprendre en anglais.

Quels sont les budgets et le standing des logements sur place ?

Les tarifs pratiqués seront un peu plus élevés dans les grandes villes, comme Kuala Lumpur ou les coins très touristiques, comme Penang ou Malacca. Néanmoins, il est possible de se loger pour tous les budgets. Sachez simplement que si votre budget est riquiqui, vous serez de temps en temps obligé.e de vous farcir les dortoirs. Ce que j’avais fait pendant 2 semaines à Kuala Lumpur à l’époque, sans climatisation, avec un pauvre ventilo pour tout le dortoir. Une horreur ! Quand je sortais de la douche je transpirais déjà comme si j’avais couru un marathon. Le dortoir d’accord mais veillez bien à la climatisation, ce n’est vraiment pas un luxe en Malaisie. Pour rappel, ce pays a environ 90 % d’humidité (si mes souvenirs sont bons !).

La drogue

Attention, la peine de mort existe encore si vous transportez de la drogue. Des étranger.es ont déjà été pendu.es et d’autres incarcéré.es plusieurs années au cachot. Quant à la consommation, j’imagine que vous aurez le droit à plusieurs années de prison, au mieux, si vous tentez l’aventure…

Portez autre chose que des tongs toute la journée si vous marchez beaucoup

Je sais, ça tombe sous le sens mais bon…la température et l’humidité de ce pays n’a pas grand chose à voir avec ce qu’on peut connaître en Europe ou en Amérique du nord. C’est à cause de ces facteurs (humidité et chaleur) que j’ai eu une inflammation au niveau des pieds et que j’ai dû rester coucher 3 jours ! Si vous devez marcher de nombreuses heures dans la journée, je ne vous recommande donc pas les tongs en plastique, la raison qui sans doute accéléré le processus de mon inflammation. Le mieux est donc de porter des chaussures différentes chaque jour et qui soient agréables à porter.

En voyant mon pied tripler de volume, je suis allée dans un très bel hôpital, très moderne, avec du personnel parlant anglais mais je ne suis pas forcément tombée sur le meilleur médecin. Il m’a juste dit de ne plus marcher et de rester allongée, sauf qu’au bout de 3 jours, rien n’avait changé, j’ai donc décidé de faire mon auto-traitement en allant à la pharmacie récupérer un anti-inflammatoire et une fois administré, évidemment, mes pieds avaient dégonflé ! J’avais eu un autre incident du même type en Inde, avec une grosseur anormale au pied. J’étais allée dans un petit hôpital public lambda à Pondichéry, qui ne payait pas de mine, avec du matériel très basique, bien loin de cet hôpital de Kuala Lumpur. On m’avait fait payer moins de 5 euros pour la consultation et le traitement par piqûre, et en une heure, mon problème était quasiment réglé. A Kuala Lumpur, il me semble que j’avais payé autour de 40 euros pour avoir un médecin gisant dans son incompétence.

A l’époque, je dormais dans un dortoir à Kuala Lumpur où il n’y avait pas d’air conditionné, c’est-à-dire que mon corps n’avait jamais un moment de répit pour souffler et cela entraîne énormément de fatigue. Si vous avez un seul choix à faire, je vous conseille vraiment d’avoir l’air conditionné dans vos chambres ou votre dortoir, c’est hyper important que plusieures heures par jour, vous puissiez être au frais et que votre métabolisme se repose.

Comment circuler en MalaisieQuand je suis arrivée en Malaisie, je venais de passer 4 mois au Népal et en Inde et je peux vous dire qu’une fois dans le bus qui nous emmenait de l’aéroport vers le centre ville, j’ai cru retrouver une forme d’amour pour le bitume ! Les routes sont belles, propres et agréables ! Du moins, du côté ouest de l’île qui est plus riche et prospère que la partie est (c’était le cas à l’époque – en 2009/2010 – je ne sais pas si c’est toujours le cas maintenant).

  • Avion : Il existe de nombreux aéroports dans le pays mais pour des prix plus attractifs, vous devrez aller ou retourner à Kuala Lumpur.
  • Bateau : Il existe des connexions avec quelques villes dans le pays et avec l’Indonésie.
  • Train : Vous pouvez rejoindre la Thaïlande et Singapour et bien sûr circuler dans le pays.
  • Bus : Il existe des lignes régulières vers/de Singapour et la Thaïlande

Kuala Lumpur


Kuala Lumpur est l’endroit où vous allez probablement arriver si vous venez de l’étranger par avion. Même si vous n’êtes pas super fan des très grandes villes, je vous conseille quand même d’y passer au moins deux jours, pour faire quelques visites et manger dans l’un des nombreux stands de rue ! Dans tous les quartiers, vous entendrez sûrement l’appel du muezzin (la Malaisie est un pays musulman) mais vous sentirez également les encens des temples hindous et chinois au coin des rues. A l’instar de Singapour, Kuala Lumpur est divisé en plusieurs quartiers mais le cœur historique de Kuala Lumpur se concentre autour de la place de l’Indépendance (merdeka square), de Chinatown et de Little India.

Tester les food court et les stands de nuit

L’une des expériences que j’ai le plus aimé en Malaisie, c’est la nourriture très variée puisque en tant que société multiculturelle et multi-ethnique qui s’assume, on peut manger un peu à toutes les spécialités ! Retenez donc la diversité et la qualité des mets de bouche qu’on peut trouver dans la rue ! A partir de la fin de l’après-midi, les stands commencent à se mettre en place…et là, les choses sérieuses commencent ! En plus, la température baisse un peu, donc c’est le moment de sortir pointer votre nez dehors ! A vous les wontan Mee, les satay, les nasi goreng, les tandoori et les Biryani ! Pour le dessert, pas la peine de chercher bien loin, il y a des fruits frais délicieux et déjà prédécoupés !

Les petits stands de rue ont également une autre utilité : la mixité sociale puisque c’est une activité à part entière chez les habitant.es de Kuala Lumpur, qui n’a rien à voir avec le niveau de vie. Là où j’ai trouvé le + d’endroits pour manger dans la rue, c’était dans les quartiers de Chinatown, de Little India et dans le Triangle d’or !

Que faire à Kuala Lumpur ?
Petronas Towers à Kuala Lumpur

Les différents quartiers de Kuala Lumpur

  • Le centre colonial (Merdeka Square) : Dans le centre colonial, ne loupez pas la Place de l’Indépendance, l’ancienne gare (Heritage Ol Station) datant du début du 20ème siècle, le musée Tekstil Negara et la plus ancienne mosquée de la ville (Masjid Jamek)
  • Le centre (KLCC) et le quartier des Affaires : Deux tours jumelles, sont devenues l’un des emblèmes de Kuala Lumpur : Les Petronas Towers, ces . Vous pouvez les visiter pour le panorama mais à ce que j’en sais (du moins à l’époque), il fallait s’y prendre à l’avance et la démarche était un peu compliquée, d’autant plus que tout cela avait un coût. Lake Gardens (les jardins du lac) : Si vous êtes à la recherche d’un peu de verdure, n’hésitez pas à venir dans ce parc pour vous faire un petit pique nique à l’ombre et à l’abris du bruit. Pas loin de ce Parc, vous pourrez visiter le Muzium Keseniam Islam ou le muzium negara (Musee National)
  • Chinatown : généralement les voyageurs et voyageuses logent dans ce quartier très animé où l’on voit comme d’habitude beaucoup de restaurants et de gargotes. Comme souvent dans les quartiers chinois du monde entier, il y a une atmosphère particulière, quelque chose qui grouille, une activité incessante entre les marchés (notamment le Marché central), les temples (Guan Di, Chan See Shu Yuen entre autres) et les rues commerçantes où vous pourrez marchander.
  • Le quartier de Little India est également assez animé. C’est dans ce dernier que j’avais logé pendant quelques jours avant de rester une dizaine de jours dans un autre quartier du centre dans le triangle d’or.
  • Le Triangle d’Or est un quartier très prisé des touristes de passage car s’y côtoient de vieilles bâtisses et des buildings et que l’offre des hôtels est importante pour tous les budgets.

Pour vous déplacer dans la ville, vous pouvez tenter le vélo, la marche pour les petits trajets et sinon, il faudra vous tourner vers le métro et le train de banlieue, les bus, les taxis et Grab.

Comment arriver dans le centre ville ?

Il existe deux aéroports à Kuala Lumpur et les deux sont très bien desservis pour rejoindre le centre ville. La plate-forme aérienne du Kuala Lumpur International Airport relie en 28 minutes le centre-ville par le KLIA Ekspres où le KLIA2 pour les compagnies low cost (l’autre aéroport). Des départs ont lieu toutes les 30 minutes.Vous pouvez également prendre l’Airport coach pour KL Sentral avec une heure de trajet. Si vous êtes un groupe, comme d’habitude, le taxi peut devenir très intéressant. Sachez également que des bus partent directement de l’aéroport vers Ipoh, une ville située entre Penang et Kuala Lumpur. Il faudra compter 3 heures de trajet.

Il y a plusieures gares à Kuala Lumpur et on peut y accéder par les transports en commun. Il y a des trains à destination du Nord et du Sud et en direction du centre. Sachez que deux lignes principales desservent la Thaïlande jusqu’à Singapour en longeant la côte ouest et l’autre qui passe par le Centre.

  • Pudu Central qui dessert le nord ( Cameron Highlands, Ipoh,  Penang et Hat Yai (Thailande)
  • Bersepadu Selatan pour le sud ( Malacca, Johor bahru pour Singapour)
  • Pekeliling et Putra pour la côte est (Temerloh, Kuala lipis, Jerantut)

> Pour acheter vos billets directement : https://www.busonlineticket.com

> Il est également possible de prendre le bateau pour rejoindre Sumatra en Indonésie généralement depuis Malacca au Sud de la Malaisie.


Malacca


Malacca est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2008. C’est une ville historiquement marquée par l’arrivée des Portugais au 16ème siècle qui attaquèrent la ville avant que ce ne soit au tour des Hollandais de chasser les Portugais un siècle plus tard (au 17ème) puis des Anglais au début du 19e siècle ! Je ne mets volontairement pas de « e » à : Portugais, Anglais et Hollandais, vous savez pourquoi 🙂

Le quartier de Chinatown

Chinatown est sans doute le quartier le plus intéressant et mignon de Malacca avec ses habitations qui abritent moultes lanternes et lampions ! C’est également dans le quartier que l’on peut trouver de nombreux stands et gargotes dans la rue pour se restaurer. Passez voir aussi le marché nocturne du vendredi au dimanche soir, de 18h à minuit !

Musées, églises, temples, mosquées et maisons traditionnelles

Malacca compte de nombreux musées (privés et publics), comme celui de Cheng Ho, le Muzium Istana Kesultanan ou encore le Baba Nyonya Heritage, un musée privé dans une belle demeure Peranakan datant de la fin du 19ème siècle. Dans le quartier colonial, vous pourrez visiter Christ Churc, la plus ancienne église protestante du pays et Saint Paul’s Church. Ne manquez pas non plus la Villa Santosa à Kampung Morten, une maison en bois sur pilotis datant du début du 20ème siècle.

Vous ne serez pas non plus en reste au niveau des temples et des mosquées, puisque le Cheng Hoon Teng Temple est le plus vieux temple chinois de Malaisie et la Mosquée Kampung Kling a été fondée en 1748, rebâtit en 1872 et restaurée il y a quelques années

Comment arriver / partir et circuler 

Les bus de Kuala Lumpur à Malaga sont très réguliers toute la journée c’est également vrai pour d’autres villes comme Singapour Hippo ou autre. Il n’y a pas de gare à Malacca la plus proche se trouve à 38 km au nord. Si vous souhaitez aller en Indonésie il est possible de prendre un bateau pour Sumatra il y en a un par jour et c’est le trajet dure 2h. Dans la ville vous pouvez vous balader à pied à vélo en Trishaw  ou encore en taxi

Que voir à Malacca


Penang


Au nord-ouest de la péninsule malaise, l’île de Penang, surnommée la petite Singapour en raison de son activité économique croissante, n’est plus vraiment une île car deux grands ponts modernes la relie au continent. Cette ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO est une étape vraiment agréable pendant laquelle vous pourrez passer devant d’anciennes demeures chinoises ravissantes ! Je garde vraiment un très bon souvenir de cette étape !

Vous pouvez visiter le Penang Museum qui évoque l’histoire de Penang et le caractère pluriethnique de sa population et le Pinang Peranakan Mansion & Straits Chinese Jewellery Museum, l’une des maisons les plus belles de Penang. Sachez que la visite de la maison vaut plus la peine que le musée. Je vous conseille également de visiter le Cheong Fatt Tze Mansion (The Blue Mansion) construite à la fin du 19ème siècle, cette superbe demeure chinoise, aussi appelée la maison bleue, vaut vraiment la peine ! Si vous avez du temps, la visite du Kuan Yin Temple, le plus vieux temple chinois de Penang construit au début du 19ème siècle, fait aussi partie des choses très intéressantes à voir à Penang ! Enfin, ne manquez pas non plus le Khoo Kongsi, un magnifique kongsi (fonctions de temple, d’école et de lieu de réunion d’un clan). Pour terminer en beauté votre journée, vous pouvez aller prendre un verre à l’Easter and Oriental Hotel construit en 1885, un palace mythique d’Asie, un peu comme le Raffles à Singapour !

Arriver / Partir de Penang 

Vous pouvez arriver ici en bus, en voiture, en train ou en avion puisque l’aéroport est situé à 16 km au sud-est de Georgetown.


Ipoh


La ville d’Ipoh reste méconnue, ou du moins un peu ignorée, de la majorité des touristes et pour y avoir passé quelques jours, c’est clair que la ville n’a pas grand intérêt mais elle peut constituer une halte intéressante pendant deux jours si vous souhaitez aller de/vers Penang à Kuala Lumpur. En plus, c’est mon côté un peu gossip, je voulais voir où l’actrice Michelle Yeoh était née:) En clair, je ne regrette pas mes quelques jours passés ici à suivre un rythme lent et agréable mais vous pouvez tout à fait ignorer cette étape si vous manquez de temps pour visiter le pays.

Mes trois souvenirs d’Ipoh

  1. Encore une fois, j’y ai très bien mangé, la ville est d’ailleurs réputée pour sa bouffe. J’ai commandé je ne sais plus combien de wonton soup dans cette ville !
  2. Si vous passez seulement une nuit sur place, allez voir le marché de nuit d’une ville provinciale, familial et tranquille.
  3. J’ai dormi 4 nuits dans un hôtel de passes sans m’apercevoir de rien…sauf le dernier jour en attendant le bus dans le hall de l’hôtel avant d’aller à la gare routière, j’ai eu des demandes de la part des mecs de la file d’attente. J’ai dû répondre au gars que je ne travaillais pas là. Il insistait un peu. C’était absolument dingue : Il était 12h ou 13h et une file d’Indiens patientaient devant l’hôtel, ils étaient au moins une vingtaine, pendant que les Chinoises se maquillaient, allaient dans les chambres et revenaient. Surréaliste la pause du midi ! 
Les choses à faire à Ipoh
Dans l’hôtel de passes dans lequel j’ai dormi 4 jours sans m’apercevoir de rien…le dernier jour en attendant le bus dans le hall de l’hôtel avant d’aller à la gare routière, j’ai eu des demandes de la part des mecs de la file d’attente. Ici, c’est le mec qui tenait le barda.

Cameron Highlands


Si vous êtes passé.es par la ville de Bangkok vous avez peut-être déjà entendu parler des Cameron Highlands, cette station d’altitude (1500 mètres environ) fondée par les Anglais.es, que l’on visite pour ses plantations de thé et respirer un peu d’air frais ! En 1967 Jim Thompson, un américain qu’on surnommait « l’empereur de la soie thaïlandaise », disparu et ne fut jamais retrouvé dans les Cameron Highlands. Je vous conseille la visite de sa maison magnifique dans la capitale thaïlandaise si vous passez par là !

La région qui doit son nom au géomètre anglais William Cameron qui mena une expédition en 1885 est malheureusement victime de son succès puisque de nombreux appartements et des hôtels ont un peu ravagé les paysages. On peut tout de même largement profiter des plantations de thé et de la jungle environnante mais il faudra aller beaucoup plus loin que les 4 villages devenus de vraies petites villes : Ringlet, Tanah Rata, Brinchang et Kea Farm qui seront simplement vos bases pour vous loger !


Le Parc de Taman Negara


Pas très loin des Cameron Highlands, vous pourrez tenter l’aventure d’une randonnée de plusieurs jours dans une jungle, alors n’hésitez pas et foncez au Parc National de Taman Negara ! Cette foret tropicale accueille des arbres millénaires, de nombreuses grottes, des cascades et bien sûr une flore et une faune très riche. Il est vraiment préférable de prendre un guide pour faire une randonnée dans cette jungle car vous pouvez tomber sur des plantes et des animaux vénéneux.ses et/ou mortel.les.


La Côte est de la Malaisie


Etant donné que j’ai visité la Malaisie, un peu hors saison, toute la partie de la côte-est était vraiment pas mal déserte, ce qui était un peu étrange, voire limite un peu flippant parfois:). Kota Bharu ne m’a vraiment laissé un souvenir incroyable. Ce dont je me souviens le plus, c’est l’atmosphère vraiment différente qui se dégage par rapport à la côte ouest. Tout le monde est plus couvert et les nanas portent quasiment toutes le voile. Cela s’explique simplement car la densité de Malais.es musulman.es est beaucoup plus importante à l’est. A l’ouest, ce sont les Chinois.es qui sont beaucoup plus présent.es. D’ailleurs, on s’en rend vite compte : Appels du Muezzin le matin très tôt, les femmes portent le voile et les banques et les administrations sont fermées le vendredi.

Que faire en Malaisie


Kota Bharu


Encore une fois, j’ai une vision des plages de cette côte sans doute un peu erronée car ce n’était pas la bonne saison. Les plages n’étaient vraiment pas engageantes autour de Kota Bharu mais en descendant le long de la côte, c’était mieux quand même 🙂

Lors de mon passage, j’ai visité Le Central Market, un grand bâtiment en béton très animé où il est possible d’acheter de nombreux fruits et légumes, des épices, des condiments ou des vêtements.

Il y a également le Musée des traditions Royales du Kelantan (Muzium istana jahar) situé dans un superbe édifice, c’était un ancien palais du sultan) et le Muzium islam kelantan qui était la rédsidence du Premier Ministre de la Province au début du 20ème avant de devenir un musée sur l’islam dans l’état du kelantan.

A quelques kilomètres de Kota Bharu, se trouvent différents temples (les trois se situe entre 10 et 15 km de Kota Bharu) :

  • Wat phathivihan
  • Wat machimmaram
  • Wat pikulthong

Que faire sur la côte est de la Malaisie


Kuala Terengganu


Kuala Terengganu est la capitale de l’État islamique du même nom. Vous tomberez sur un nombre assez importants de mosquées ici. Encore une fois, pas grand chose à faire dans le coin, à part visiter Central Market et la rue chinoise (Jalan Kampung China) avec des maisons très mignonnes.


Cherating


Cherating est connue pour sa belle plage et pour être l’hôte du premier Club Med d’Asie qui s’est implanté ici. Personnellement, quand je suis venue, la station était déserte, il y a des nuages, la mer était agitée, je crois que j’ai même eu droit à des petits orages, donc mon souvenir n’est pas des plus agréables. En venant ici, j’ai senti des moments de grande solitude puisque j’avais l’impression d’être dans une ville abandonnée, c’était un peu particulier ! Néanmoins, si vous êtes là au bon moment, je pense que ça peut vraiment être sympa de pratiquer du surf et faire des balades en bateau sur la rivière.

Pour les plages vraiment de rêve, il faut descendre vers l’île de Tioman, qui est l’une des plages paradisiaques les plus belles au monde ! L’eau est claire et vous pourrez explorer (en respectant certaines règles) le massif corallien. La meilleure saison pour se rendre à Tioman : De mars à octobre, en tentant d’éviter si possible le pic de juillet et août. Vous pouvez embarquer en bateau vers Tioman depuis Mersing ou Endau.


Pour aller plus loin


Rejoignez la communauté sur Facebook et n’hésitez pas à vous abonner au podcast sur Itunes et Soundcloud 🙂


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.