Les femmes aventurières inspirantes


Solenn Bardet


Solenn Bardet a 18 ans quand elle arrive chez les Himbas (Namibie) en 1993, ensuite, elle y passera 6 mois par an pendant 4 ans. Elle a fait le récit de cette incroyable aventure dans son livre Pieds nus sur la terre rouge(Prix du livre d’aventure à Dijon, 1998). En 2012 elle réalise Les Himbas font leur cinéma ! (52’), un film sur les Himbas écrit par les Himbas.


Isabelle Vayron (de la Moureyre)


Isabelle Vayron est (ou était) une adepte des sports extrêmes et a commencé à voyager dès la fin de ses études (hypokhâgne, khâgne, Institut pratique de journalisme de Paris). Elle a séjourné six mois à cheval et à vélo chez les cow-boys de Nouvelle-Calédonie, d’Australie et de Nouvelle-Zélande puis elle a parcouru 17 500 km à vélo à travers vingt et un pays, de Paris à Pékin, à la rencontre d’une centaine de musiciens et de chanteurs, professionnels ou amateurs (1999-2001) et roulé à moto de Paris à Kaboul (2003).


Isabella Bird


Au 19ème siècle, Isabella Bird, cette exploratrice et écrivaine britannique, à la santé fragile, a pu séjourner dans de nombreux pays grâce à ses écrits. Ses périples sont vastes et lointains pour l’époque : Amérique, Canada, Écosse, Corée, Maroc, Australie, Hawaï, Japon, Chine, Vietnam, Singapour, Inde, Tibet, Turquie, Perse et le Kurdistan…En 2017, on a même écrit une BD sur sa vie.


Priscilla Telmon


Priscilla Telmon parcourt le monde de missions humanitaires en voyages aventureux. Photographe, écrivaine-voyageuse, membre de la Société des explorateurs/trices français.es. Elle écrit également sur toutes ses aventures, l’une des premières avec Sylvain Tesson La chevauchée des steppes puis seule deux autres ouvrages Voyage au Tibet interdit ainsi que Himalayas : Sur les pas d’Alexandra David Neel.


Peggy Bouchet


Peggy Bouchet a plusieurs cordes à son arc : C’est la première femme à avoir traversé l’Atlantique à la rame en solitaire et sans assistance et désormais, comme la plupart des aventurier.e.s, elle donne des conférences et écrit des livres sur ses expériences, notamment Oser toujours, céder parfois, renoncer jamais ! et Ma victoire sur l’Atlantique.


Isabelle Eberhardt


Une courte vie qui laisse tout de même des traces de son passage. Elle n’a que 20 ans quand elle arrive en Algérie ou elle se convertira à la religion musulmane, s’habillera en homme et se mariera peu de temps après. Ses récits de voyage mêlent réflexions sur la société algérienne pendant la colonisation et ses impressions de voyages dans le Sahara. Si vous souhaitez en savoir plus sur elle ou ses écrits.


Laurence de La Ferrière


En 1997, elle est partie du bord ouest du continent Antarctique pour arriver au pôle sud. Plus de 1300 km, seule sur ses skis, sans chien(s), tirant un traîneau de 130kg et en ayant qu’un seul ravitaillement à mi distance. Il lui a fallu 57 jours pour atteindre ce record mondial. Elle a raconté ses différentes expéditions dans plusieurs livres : Seule dans le vent des glaces mais aussi  8000 mètres, quelques rêves et Alpissima.


Nellie Bly


Elizabeth Jane Cochrane, surnommée Nellie Bly, est une pionnière du reportage clandestin (voir son livre « 10 jours dans un asile ») et eut l’idée de se lancer dans un tour du monde en moins de 80 jours, mais son employeur, le New York World, refusa de l’aider financièrement. Sans aucune aide, elle réussit finalement son défi en 72 jours et raconte son histoire dans le livre « Le Tour du monde en 72 jours », publié en 1890.Bien d’autres ont été aventurières mais n’ont pas écris de livres… Il n’empêche toutes ces femmes sont parvenues, selon la formule consacrée, à faire de leur vie, une œuvre… Et vous ?


Alexandra Boulat


Cette ancienne étudiante des Beaux-Arts qui fut également artiste peintre est finalement passée à la photographie, en suivant la lignée parentale (son père était reporter et sa mère tenait une agence de photos) mais pas n’importe laquelle. Durant des années, elle a sillonné les guerres pour plusieurs magazines et journaux mais contrairement à d’autres photographes, elle a toujours pris le temps de rester plusieurs mois pour couvrir un conflit.


Nicole Viloteau


L’intérêt  de Nicole Viloteau pour les reptiles remonte environ à l’âge de cinq ans. Les forets du Morvan, puis de Normandie, où elle grandit, attisent sa curiosité dévorante d’enfant turbulente, fille réussie (d’autres diront bêtement garçon manqué) pour la nature sauvage. Après les Beaux-arts à Rouen, elle devient prof d’arts plastiques puis monte une expo pour réhabiliter les reptiles et se fait mordre. Elle frôle la mort et décide de ne plus renoncer à sa passion et s’engagera désormais à les faire connaître.


Freya Stark


Freya Madeline Stark, qu’on connait sans doute mal en France était une grande voyageuse britannique et italienne, polyglotte avertie et écrivaine acharnée. Outre ses œuvres autobiographiques, elle est l’auteure de nombreux récits de voyages dans lesquels elle relate ses expéditions dans tous les recoins du Moyen Orient.


Jocelyne Ollivier-Henry


Cette spécialiste du Grand Nord a passé sa vie à donner des conférences, à livrer un peu de son vécu et de son expérience via la presse écrite, la radio ou la télé. Elle s’installait régulièrement avec les Inuits afin de partager leur quotidien pendant plusieurs mois, voire une année entière, dans des régions peu accueillantes pour les humain.es, des denrées rares, sans compter tous les dangers liés à l’environnement.


Christine Janin


Loin des pôles, la nature hostile, Christine Janin aussi la connait. Sa trajectoire à elle, c’était de croiser l’Everest ! La médecin est présente, avec d’autres, en 1990 pour gravir la plus connue des montagnes du monde. Cette année là, elle parvient à accéder au sommet (8750 m) et devient ainsi la première française à gravir l’Everest. D’autres femmes l’avaient fait avant elle mais pour celle qui avait déjà plusieurs « 8000m » à son actif, il fallait réaliser ce rêve là.


Anne Marie Schwarzenbach


L’écrivaine, journaliste et aventurière suisse, Anne Marie Schwarzenbach commence très jeune à écrire des articles pour la presse avant de publier, à 23 ans, son premier roman. Elle fit un premier voyage en tant que journaliste en Espagne puis s’aventurera en Perse, en Union soviétique et aux États-Unis. Avec Ella Maillart, elle effectua un voyage en Ford de Genève à Kaboul en passant par l’Iran avant de séjourner seule au Congo belge.


Catherine Destivelle


Catherine Destivelle est connue dans le milieu de l’escalade mais moins du grand public. On peut la voir se hisser gracieusement aux parois verticales des gorges du Verdon ou du massif de l’Oisans. Quand elle était petite, cette parisienne rêvait de devenir bergère, comme Heidi, cette montagnarde de ses livres d’enfant. A 12 ans, elle était inscrite au Club alpin pour canaliser un peu sa vitalité de fille turbulente et casse-cou et on voit ce que ça a donné !


Emily Hahn


Première femme a avoir obtenu un diplôme d’ingénieur des Mines, féministe avant l’heure et auteure prolifique, elle travaillera pour la Croix Rouge pendant deux ans au Congo belge en vivant dans une tribu de pygmées. C’est là qu’elle commence à écrire ses premiers récits. Dans les années 1930, elle part pour Shanghai où elle rencontrera de nombreuses personnalités…


Chantal Mauduit


Chantal Mauduit (1964-1998), alpiniste française, a réalisé entre 1992 et 1997 l’ascension de six sommets de plus de 8 000 mètres, en style alpin et sans oxygène. A noter à sa liste de courses, le K2 par l’arête des Abruzzes et deux ascensions en solitaire, le Lhotse (8516m) et le Manaslu (8163m), à quinze jours d’intervalle. Son livre « J’habite au paradis » résume bien l’état d’esprit dans lequel elle effectuait ses projets…


Catherine Chabaud


Le 23 mars 1997, après avoir affronté les mers du Sud et celles de l’Antartique et 140 jours de traversée, elle arrive 6ème du Vendée-Globe. A bord du Whirlpool-Europe 2, Catherine Chabaud, 35 ans à l’époque, est devenue la première femme à avoir bouclé une course autour du monde en solitaire et sans escale. Une voie était ouverte !


Gertrude Bell


Gertrude Margaret Lowthian Bell était alpiniste, femme de lettres, analyste politique, archéologue, espionne et fonctionnaire britannique (Rien que ça!). Lawrence d’Arabie a malheureusement éclipsé cette femme extraordinaire. On espère que le biopic Queen of the Desert, sorti en 2015 avec Nicole Kidman lui aura rendu assez hommage…


Jacqueline Auriol


La vendéenne Jacqueline Auriol fut l’une des aviatrices les plus connues de son temps, elle partageait d’ailleurs régulièrement ses records de vitesse avec Jacqueline Cochrane. A tel point que la presse de l’époque (dans les années 1950) avait appelé leurs exploits respectifs « la guerre des deux Jacqueline ». Pourtant les dangers n’étaient pas rares et elle en fit les frais, dès son accident à l’âge de 30 ans, où elle s’est retrouvée avec le visage broyé, ce qui ne l’empêchera pas de continuer à voler.


Anita Conti


Une seule femme à bord pendant un demi siècle ! Cette femme que les marins appelaient « La Dame de la mer » est parvenue à s’intégrer à la vie rude des pêcheurs pendant plusieurs mois sur des bateaux. C’est sa mère qui lui donna le goût du large et de ses habitant.es en lui faisant découvrir la faune marine et sous-marine auprès des océanographes de Roscoff et de Concarneau. Elle passa sa vie à lier recherches théoriques et empiriques ainsi que créations littéraires.


Ella Maillart


Du sport à la découverte de l’Asie, Ella Maillart a bâti sa vie sur ses propres rails. Passionnée de voile et de ski, elle fonde à 16 ans, le premier club féminin de hockey sur glace en Suisse romande et fut la seule femme (et la plus jeune) aux régates olympiques de 1924. Elle partira ensuite vers de nombreuses destinations, notamment l’Asie centrale et l’Inde, ou elle passera plusieurs années.


Alexandra David-Néel


C’est sans nul doute la plus connue de toutes les femmes aventurières ! Cette passionnée du continent asiatique a non seulement sillonné pas mal de routes entre la Chine et le Tibet mais est également l’auteure de beaucoup de récits de voyages ! Sa longue vie fut partagée entre l’exploration et l’étude avec un esprit indépendant et peu conventionnel pour l’époque.

.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.